« DANIEL GARRIGUE : 7 AU 9 OCTOBRE | Accueil | La taxe soda : pour un retour aux retraités agricoles »

mercredi 12 octobre 2011

Reconnaissance de l'Etat Palestinien : Daniel GARRIGUE interroge Alain JUPPÉ sur la position de la France. (Mardi 4 Octobre)

M. Daniel Garrigue. Je regrette la position de la France sur la demande palestinienne, car la force de notre pays était de soutenir ceux qui sont en position de faiblesse, tout en encourageant les négociations.

Vous avez parlé d’une reprise des négociations sans « pré-conditions ». Or, l’arrêt de la colonisation n’est-il pas un préalable absolu ?

Par ailleurs, vous avez dit que les Palestiniens pourraient être amenés, si l’initiative française aboutit, à renoncer à leur droit de saisine de la Cour pénale internationale tant que le processus de négociation n’est pas terminé. Pouvez-vous nous donner des précisions sur ce point ?

M. le ministre d’État. […] Plusieurs d’entre vous ont considéré que la position de la France sur le conflit israélo-palestinien était en recul ; mais dans les pays arabes, cette position ne fait aucun doute ! Chacun a ressenti le discours du Président de la République comme un pas en avant pour les Palestiniens.

Le texte du Quartet, Monsieur Garrigue, prévoit en effet que l’abandon de la colonisation est une pré-condition de la reprise des négociations. Nous avons, pour notre part, préconisé que les parties se remettent autour de la table sans pré-condition, même si l’arrêt des colonisations sera alors incontournable.

On ne pourra pas débloquer la situation en adoptant des positions maximalistes. De ce point de vue, nous avons suggéré aux Palestiniens de donner des garanties aux Israéliens en s’engageant à ne pas saisir la Cour pénale internationale pendant des négociations. Si l’on veut atteindre un objectif, il ne faut pas fixer des conditions qui le rendent inaccessible. Le statut d’État observateur est un pas en avant ; il donnera plus de poids au vote palestinien. Cette reconnaissance politique majeure implique aussi que les Palestiniens envoient un certain nombre de signaux positifs.